Tu serais pas un peu hypocrite, des fois ?

J’avoue être parfois plutôt méchante. Sauf que je ne le suis jamais avec des gens qui ne m’ont rien fait. Si on me méprise, se moque de moi ou se montre méchant de quelque façon, je réponds de la même façon… Je ne devrais peut-être pas. Mais voilà, parfois ça soulage.

Mais quand tout à coup on apprend qu’un proche, quelqu’un qu’on aimait beaucoup et en qui on faisait confiance vous critique derrière votre dos, surtout si ce sont des critiques sur le physique. Je me sens assez forte pour supporter les critiques sur mon esprit, mon comportement, etc. mais quand c’est pour dire que je suis grosse ou moche, je trouve ça carrément bas.

Je veux dire, hey, on est censés être amis, non ? Je suis toujours honnête avec mes amis, tout en essayant d’avoir du tact. Tu peux pas en faire autant, au lieu de me tailler dès que je ne suis plus là ? Parce que si c’est pour revenir après me dire que je suis géniale, qu’on se comprend vraiment et que c’est coool, une amitié aussi honnête, tu ferais mieux de rester chez toi.

Enfin quoi, si tu me trouves tous ces défauts, pourquoi tu ne me le dis pas, pour que j’essaie de m’améliorer, ou encore mieux, pourquoi tu ne gardes pas ton avis pour toi ? Mais c’est vrai, maintenant que j’y pense, les moqueries représentent 80 pour 100 de tes « blagues », je ne voudrais surtout pas te retirer ça.

Mais au fond, je l’ai toujours su, je m’en doutais. Après tout, tu te moquais de tout le monde: tes copains, tes amis, ta copine… Pourquoi j’y échapperais.

C’est peut-être futile, mais ce qui me dérange le plus c’est que tu m’attaques sur mon physique. Ça devrait peut-être me rassurer, puisque beaucoup de ces critiques sont infondées…

Je ne sais pas si on redeviendra amis comme avant… J’ai essayé de me montrer un peu froide, tout à l’heure pour te faire comprendre que quelque chose clochait. Je n’ai pas envie de me séparer complètement de toi. Non, parce que je t’aime bien, quand même. Mais je ne pourrai sûrement pas m’empêcher de te lancer des piques à chaque occasion.

Je te punirai sûrement, malgré moi. Tu t’en rendras sûrement compte, et la dispute finira par exploser. Je te dirai tes quatre vérité, tu me diras les miennes (bien en face, cette fois, ça me changera de ta lâcheté). Et puis on continuera, on fera comme si de rien n’était, jusqu’à la prochaine fois.

Publicités

J’aime pas l’été

Je déteste l’été, quand il fait trop chaud, et que peu importent les litres d’eau que je bois ça ne change rien.

Je déteste transpirer.

Je déteste devoir porter des tenues légères pour ne pas crever, même quand j’en ai pas envie et que j’ai l’air d’un yéti.

Je déteste avoir la peau cramée par le soleil, même avec trois kilos de crème.

Je déteste être au bord du malaise à cause du soleil qui tape trop fort.

J’aime l’automne ou le printemps, ces saisons modérées (même si il fait souvent froid par ici). Parce que moi, j’aime quand il fait un peu froid, au moins je peux me blottir sous une couverture, alors qu’en été, à moins d’avoir la clim…

J’aime pas l’été, parce que ça anéantit ma créativité: je sais pas si c’est le temps que je trouve trop joyeux ou la chaleur que je trouve trop pesante, mais je n’écris ni ne dessine presque rien quand il fait trop chaud.