Du journal intime

L’un des plus connus…

L’image vient de [].

Je pense que la plupart des petites filles (peut-être les petits garçons aussi, j’en sais rien) ont voulu un jour commenVisuelcer un journal intime. En tout cas, je me souviens que nombre des filles de ma classe en tenaient un. Les meilleures amies se faisaient lire les leurs, et parfois ça débordait. L’une avait lu un secert inavouable dans le journal de l’autre, ce qui dégénérait.

J’en ai eu plusieurs dans ma vie. Certains étaient des cahiers où j’écrivais avec un langage secret, d’autres où j’écrivais normalement. Certains sur ordinateur… C’est ceux-là que j’ai gardé le plus longtemps. En fait, j’en ai toujours plusieurs actuellement. Et j’ai noté qu’il y avait divers avantages et désavantages pour chacun d’eux.

Tout d’abord, il y a ceux sur papier.

Dans ceux-là, je distingue deux catégories:

– Les journaux codés: un avantage évident: théoriquement, personne ne devrait pouvoir le lire sauf si on prend un code trop connu. Ou on en invente un et alors c’est nous qui oublions le code, dont on a perdu la clé. Et puis, ça  peut attiser la curiosité de la personne qui tombe dessus, qui fera alors tout pour déchiffrer.

Je ne me suis mise à m’intéresser aux codes déjà existants que très récemment. Je ne savais pas qu’il y avait autant de codes possibles. Le code César, le code cassette, cassis, le code mandarin, le code grille… Mais je n’ai jamais utilisé qu’un, et ceux depuis très peu de temps. Je pense continuer avec celui que j’ai choisi, parce que je trouve ça très amusant d’écrire en langage codé, même si ce ne sont pas exactement le même genre de codes que ceux utilisés pendant la guerre, par exemple…

– Les journaux « normaux »: alors là, à part peut-être la rapidité de rédaction, je ne vois pas vraiment d’intérêt. C’est vrai, n’importe qui peut tomber dessus et le lire. Je déteste ça, parce qu’il m’est déjà arrivé plusieurs mésaventures. J’ai des soeurs, alors c’est tout sauf pratique, quand on fait partie d’une fratrie de fouineurs.

Ensuite, il y a les virtuels.

Ils y’en a qui s’essaient à des journaux intimes sur internet, mais moi je ne suis jamais allée jusque là. (Quoique certains considèrent un blog personnel comme l’équivalent d’un journal.) Non, en fait j’ai un logiciel très pratique qui s’appelle OneNote. Dessus, j’ai ouvert une catégorie « journal », et j’ai mis un mot de passe. Je me suis toujours mieux sentie en sachant « mes secrets » protégés par un mot de passe, et puis comme je tape plus vite que je n’écris, mes doigts peuvent suivre plus rapidement mes pensées. Par contre, si l’ordinateur plante, qu’il se casse ou autre, c’est fichu, on perd tout. A moins d’avoir été intelligent(e) et d’avoir tout sauvegardé.

Malgré tout, la vraie question reste « A quoi ça sert ? ».

Je ne sais pas. Sur le coup, c’est libérateur. J’ai  toujours écrit, ça me permet aussi de m’entraîner un peu. Je peux noter toutes mes pensées, tous les sentiments que j’ai à un moment donné (qui sont souvent dus au contexte, et sont souvent faussés par la colère ou le chagrin).

Beaucoup disent que ça fait du bien de relire ça ensuite. Personellement, il y a certaines parties de mes nombreux journaux (la plupart n’occupent que les quelques premières pages du cahier) que je n’ose pas relire. Ce sont des passages qui me blessent, qui heurtent ma fierté. Des passages où je décris une souffrance. La plupart du temps, c’est parce que j’ai l’impression que ces passages reflètent une personne (stupide) que je ne veux plus être, parce que j’ai changé depuis. Et finalement, ça sert à ça: pouvoir contempler son évolution au fil du temps.

Et toi, tu tiens un journal ? Sous quelle forme ?

A quoi ça sert ?

Publicités

5 réflexions sur “Du journal intime

  1. J’écrivais des journaux étant petite, mais généralement, je tenais une semaine gros maximum… Et quand je les relisais, je me demandais vraiment si j’étais pas plusieurs dans ma tête. J’essayais de faire de l’humour avec le journal, chose assez débile.
    Ensuite, plutôt que d’écrire des journaux, j’ai écrit des histoires, les héros avaient tous une petite partie de moi, et je trouvais ça carrément plus cool ! ( d’ailleurs, je le fais toujours mais shhhh… secret. )

  2. Oui, j’en tiens un depuis une vingtaine d’années (j’ai l’impression d’être une petite vieille en disant ça) (mais j’étais jeune à l’époque)… J’en ai parlé sur mon blog d’ailleurs il y a quelques temps de cela.
    Comme toi, je n’aime pas relire certains passages. Mais quelquefois, ça me permet de me souvenirs de certains moments de ma vie que j’ai oubliés, et alors je cherche dans mes journaux ce que j’ai écrit sur tel ou tel événement…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s